LE SITE HISTOIRE EST EN TRAVAUX. IL NE SERA PLEINEMENT OPERATIONNEL QUE POUR L'ETE 2021





BICENTENAIRE DE LA MORT DE BONAPARTE : UNE NOUVELLE POLEMIQUE MEMORIELLE?

Décidément, les commémorations posent problème dans la France contemporaine. Le bicentenaire de la mort de Napoléon 1er n'échappe pas à la règle. Il faut dire que l'Empereur a construit sa légende très tôt (au pont d'Arcole) et il a jusqu'à sa mort tenté de contrôler son image, d'abord de conquérant, puis de César et enfin de martyr. Il s'en est suivi au XIXème siècle l'élaboration d'une légende dorée (plus ou moins romantique) et d'une légende noire, plaçant les historiens républicains dans une position pour le moins inconfortable (d'autant que Napoléon III n'a pas laissé un bon souvenir aux républicains avec le coup d'Etat de 1851 et la défaite humiliante de Sedan!). Napoléon 1er fut-il le tyran des libertés chèrement acquises en 1789, imposant un pouvoir monarchique très proche de celui des rois hellénistiques et des empereurs romains, rétablissant l'esclavage et opprimant les peuples d'Europe ? Fut-il aussi l'artisan d'une grande réforme de la France, reprenant les principes centralisateurs jacobins et donnant au "sentiment national" une nouvelle dimension messianique ? Il fut tout cela, sans doute, mais on peut légitimement considérer que le coup d'état du 18 Brumaire est un tournant majeur dans l'histoire de l'Europe. Faut-il alors rendre le consul puis l'Empereur responsable de l'enchainement des guerres europénnes jusqu'en 1945, en particulier à travers l'affrontement entre la France et l'Allemagne, qui va se substituer à l'Angleterre comme "l'ennemi héréditaire" ? Faut-il aussi y lire une tendance assez française à se trouver des "sauveurs" dans la caste militaire (Boulanger, Pétain, de Gaulle) ? Vertige de l'histoire. Mais n'oublions pas que Bonaparte est avant tout le produit militaire de la Révolution, laquelle a perdu avec le régicide et la Terreur, puis la réaction thermidorienne, toute boussole politique. S'il faut trouver un vrai coupable dans cette évolution qui nous mène à 1815 (et la restauration monarchique), c'est bien le faible Louis XVI, incapable d'assumer le fragile compromis de monarchie constitutionnelle institué en 1791 et d'apparaître comme le ciment du nouveau régime. Au-delà des (légitimes) questionnements sur le personnage, il existe un Bonaparte assez incroyable et aventurier qui se révèle durant la période qui précède le coup d'état (1796-1799). Même si elle fut largement idéalisée et instrumentalisée, la geste de Bonaparte en Italie puis en Egypte relève de l'aventure alexandrine et elle s'en rapproche à bien des égards.

Qu'on en juge à travers ce document.

Déclaration du général Bonaparte à l’armée d’Egypte (1798)

« À l'armée de terre,

« À bord de L'Orient, le 4 messidor an VI, « Soldats!

« Vous allez entreprendre une conquête dont les effets sur la civilisation et le commerce du monde sont incalculables. « Vous porterez à l'Angleterre le coup le plus sûr et le plus sensible, en attendant que vous puissiez lui donner le coup de mort.

« Nous ferons quelques marches fatigantes; nous livrerons plusieurs combats; nous réussirons dans toutes nos entreprises; les destins sont pour nous.

« Les Beys mamlouks, qui favorisent exclusivement le commerce anglais, qui ont couvert d'avanies nos négociants et tyrannisent les malheureux habitants du Nil, quelques jours après notre arrivée, n'existeront plus.

« Les peuples avec lesquels nous allons vivre sont mahométans, leur premier article de foi est celui-ci: IL N'Y A PAS D'AUTRE DIEU QUE DIEU, ET MAHOMET EST SON PROPHÈTE. Ne les contredisez pas: agissez avec eux comme nous avons agi avec les Juifs, avec les Italiens; ayez des égards pour leurs muftis et leurs imams, comme vous en avez eu pour les rabbins et les évêques. Ayez pour les cérémonies que prescrit l'ALCORAN, pour les mosquées, la même tolérance que vous avez eue pour les couvents, pour les synagogues, pour la religion de Moïse et de Jésus-Christ.

« Les légions romaines protégeaient toutes les religions. «Vous trouverez ici des usages différents de ceux de l'Europe; il faut vous y accoutumer.

«Les peuples chez lesquels nous allons traitent les femmes différemment que nous; mais, dans tous les pays, celui qui viole est un monstre.

«Le pillage n'enrichit qu'un petit nombre d'hommes; il nous déshonore; il détruit nos ressources; il nous rend ennemis les peuples, qu'il est de notre intérêt d'avoir pour amis.

« La première ville que nous allons rencontrer a été bâtie par Alexandre. Nous trouverons à chaque pas de grands souvenirs dignes d'exciter l'émulation des Français. »

A-J Gros, Bonaparte visitant les pestiférés de Jaffa le 19 mars 1799 (1804), Musée du Louvre.




MARC FERRO 1924-2021

Échecs de Pierre Nora à Normale Sup, échecs de Marc Ferro à l'agrégation, décidément les échecs ont produit de belles carrières, très au-dessus du lot ! Marc Ferro était un esprit libre et je ne manque jamais de le prendre en exemple à mes étudiants, en particulier pour ses analyses des images et du cinéma, qui restent une référence et aussi son sens critique du relativisme historique.



LA MEMOIRE COLONIALE EN QUESTION (le rapport Stora)

La faute de la République et le débat colonial (fichier pdf.)


L’enjeu colonial en France de 1871 à 1962

Enjeu : « ce qu’on espère gagner, ce qu’on s’expose à perdre dans une entreprise »

« Un marin qui était là et qui possède des ter­res reprenait avec vivacité qu’on avait tort de trai­ter les colons de cette manière ; que sans colonie il n’y avait rien de stable ni de profitable en Afri­que ; qu’il n’y avait pas de colonie sans terres et qu’en conséquence ce qu’il y avait de mieux à faire était de déposséder les tribus les plus proches pour mettre les Européens à leur place. Et moi, écoutant tristement toutes ces choses, je me demandais quel pouvait être l’avenir d’un pays livré à de pareils hommes et où aboutirait enfin cette cascade de violences et d’injustices sinon à la révolte des indigènes et à la ruine des Européens. » 

Alexis de Tocqueville, Philippeville, le 30 mai 1841.


En 1870/71, la nouvelle République reçoit en héritage un domaine colonial considérable : 1 million de km2, répartis sur quatre continents et peuplés de 5 millions d’hommes. Aux « vieilles colonies » de l’Ancien Régime sont venus s’ajouter tout au long du XIXème siècle, l’Algérie et le Sénégal, les comptoirs occidentaux d’Afrique, Tahiti et la Nouvelle Calédonie, la Cochinchine et le protectorat sur le Cambodge. Mais dans quels buts ? Pour quels espoirs ? Avec quels enjeux ? Dans quelle mesure ces vastes espaces sont-ils susceptibles de se trouver intégrés dans le « retour aux questions nationales » annoncé et attendu par Renan, alors même que le peuple français se désintéresse de l’outre-mer ? « Colonies : s’attrister quand on en parle » écrivait laconiquement Flaubert dans son Dictionnaire des idées reçues. Ces questions prennent leur sens à la lumière de l’histoire coloniale de la IIIème  puis de la IVème République. En effet, le fait colonial fait l’objet d’un véritable débat national avant 1914 et – paradoxalement –  l’un des enjeux politiques est la conquête d’une opinion indifférente sinon hostile. La période 1914-1939 marque probablement l’apogée de l’Empire, ce qu’illustre l’Exposition coloniale de Paris en 1931 : les colonies sont alors présentées comme un enjeu majeur de la puissance française dans tous les domaines. Mais bien des inquiétudes et des remises en cause annoncent la difficile période qui s’ouvre avec la Seconde guerre mondiale. Après le conflit, où l’Empire tient une place centrale, l’enjeu est désormais celui du maintien d’une Union Française, dans le contexte de la guerre froide et d’une « décolonisation » à l’échelle planétaire. Enjeu international, donc, mais qui devient un drame national avec l’Algérie, territoire qui cristallise toutes les passions coloniales de la période 1870-1962.
            A quoi peuvent servir des colonies ? « L’objet des colonies, disait Montesquieu dans L’esprit des lois est de faire le commerce dans de meilleures conditions qu’on ne le fait avec les peuples voisins avec lesquels les avantages sont réciproques ». Que reste t-il au début de la IIIème République de cette conception purement mercantiliste, d’ailleurs fortement remise en cause par les véritables Libéraux ? L’une des premières doctrines coloniales est celle du géographe Jules Duval, pour lequel les enjeux ne sont pas seulement liés aux échanges mais regardent l’avenir de la planète : la colonisation représente l’exploitation, le peuplement et le défrichement pacifiques du globe. Le but est donc humanitaire, à la fois civilisateur au sens très large du terme et créateur de richesses. Une autre doctrine est moins « utopique », plus réaliste et se fonde sur des considérations géopolitiques et stratégiques (Prévost-Paradol, par exemple) : accroître le poids de la France dans le monde – face au Royaume-Uni et  à l’Allemagne, les véritables concurrents en matière de Weltpolitik – passe par la fondation d’un Empire puissant, dont l’Algérie serait le pivot. La Conférence de Berlin, en 1885, inaugure d’ailleurs une forme de compétition à l’amiable entre les grandes puissances impérialistes. Une troisième doctrine – par ailleurs liée aux deux premières – reprend un vieux thème jacobin, celui d’une France « porteuse de lumière » sinon des Lumières. Francis Garnier, le colonisateur de la Cochinchine, l’explorateur du Mékong et le conquérant du Tonkin définit parfaitement le nouvel enjeu colonial . L’appât du gain, la quête du profit ne peuvent pas être les seuls mobiles de la construction d’un Empire. La France a reçu de la Providence la mission de l’émancipation, de l’appel à la liberté des races et peuples encore esclaves de l’ignorance et du despotisme. Reste à peupler ces territoires lointains, dans une France malthusienne et réfractaire à l’émigration (si l’on excepte certains courants traditionnels, comme celui des Basques…vers l’Amérique Latine !). Le résultat est bien décevant : en 1890, à peine un millier de personne quittent la Métropole pour se rendre outre-mer, sans certitude d’ailleurs de s’y fixer durablement. Et de toute évidence, il est difficile de faire de la colonisation pénale – en Nouvelle Calédonie, en Guyane  – un modèle de peuplement colonial pour les émigrants potentiels !
            De ce « mince point de départ » selon l’expression de R.Girardet, naît une idée coloniale et impérialiste française, qui trouve chez les géographes, les missionnaires catholiques et les républicains opportunistes les plus ardents propagandistes, relayés par une armée en mal d’action et d’aventures. Jules Ferry élabore dans les années 1880 une pensée coloniale autour d’une triple argumentation, d’ordre humanitaire, d’ordre économique et d’ordre politique. Fortement contestée à gauche comme à droite, cette doctrine peine à se répandre dans une opinion qui reste à conquérir. Ce n’est pas le plus mince enjeu de la colonisation dans une démocratie où les ministères tombent aisément, notamment à propos des expéditions outre-mer (le Tonkin !). Un Parti colonial n’est pas de trop (E. Etienne à la Chambre, J. Siegfried au Sénat), tout comme la création de Comités (de l’Afrique, de Madagascar, d’Océanie, du Maroc), de l’Union Coloniale Française, pour effacer dans l’opinion l’image traditionnelle du conquérant au profit de celle du « fondateur d’Empire », administrateur et bâtisseur, faiseur d’ordre et créateur de paix et même continuateur de la mission évangélique des Eglises - le cardinal Lavigerie, le fondateur des Pères Blancs, ne fait-il pas son appel au ralliement en rade d’Alger ?
            Les grands regroupements territoriaux renforcent l’idée de territoires unis : la Fédération Indochinoise, l’AOF, puis l’AEF. Gallieni, gouverneur général de Madagascar en 1898, distingue dans ses célèbres Principes de pacification et d’organisation les types d’action nécessaires à la pacification. A l’action politique et militaire succède l’action économique -  dépenses publiques, investissements privés - puis l’action civilisatrice, selon la « méthode progressive ». Pour Gallieni, qui tire les leçons de son expérience du Soudan et du Tonkin, il ne faut «détruire qu’à la dernière extrémité» -  lorsque l’insoumission est avérée - pour mieux bâtir sur les ruines un village, un marché, une école. Le soldat français - tout comme l’officier colonial - se fait alors « surveillant de travaux, instituteur, ouvrier d’art » et supervise les grandes campagnes de vaccination ; il est l’artisan d’une (re)construction civilisatrice et pacifique : routes, ponts, chemins de fer, maisons, hôpitaux ; il œuvre pour l’éradication des traites négrières et de l’esclavage (aboli à Madagascar en 1896, au Maroc en 1912). Une vision optimiste et humaniste qui contraste avec les violentes caricatures d’une presse satirique antimilitariste (l’anarchisante L’Assiette au beurre, notamment) ; celle-ci dénonce les boucheries coloniales et montre crûment la choquante vérité de l’animalisation et de la « brutalisation » des indigènes (O.Le Cour Grandmaison).
            C’est en Algérie que la IIIème République pense faire aboutir le rêve colonial d’une « deuxième France », au-delà d’une simple entreprise capitalistique. Après le grand soulèvement de Moqrabi (1871/72), l’objectif est bien de « franciser » par le « rattachement » (1881) tout en européanisant les terres indigènes (loi Warnier) : plus de 5 millions d’hectares ont ainsi été transférés à la fin du XIXème siècle. A la même période, le nombre des Européens nés en Algérie dépasse celui des immigrés. Il paraît à Alger en 1889 un livre populaire sur "la fusion des races européennes d'Algérie" ; on parle de plus en plus de « franco-algériens » voire d'Algériens tout court, avec la loi de 1889 qui institue la naturalisation automatique des enfants d'étranger, même si les Algériens d'origine européenne excluent de leur communauté à la fois les Juifs et les Musulmans. Au début du XXème siècle, la tendance est même à considérer que la forte expansion de la population musulmane est le résultat des bienfaits de la colonisation française, une position largement relayée par une certaine presse (les "reportages" illustrés de Lecture pour tous, l’Almanach du Petit Colon algérien). En réalité, si la paupérisation de la population algérienne est générale, surtout dans le Constantinois, les famines fréquentes (en 1887, 1893, 1897), si les « Jeunes Algériens », musulmans francisés et laïcisés, commencent à revendiquer une stricte application des principes républicains et la fin de l’inique régime d’indigénat, la doctrine officielle n’évolue pas et se complait dans une image idyllique du pays. A l'Exposition coloniale de Marseille en 1906,  l'Algérie y a cinq vastes bâtiments, avec reconstitution des souks et d'un café maure ; on y admire les photographies du port d’Alger, des écoles dans le bled.
            Et lorsque les frictions coloniales avec l’Angleterre (Fachoda en 1898) ou l’Allemagne (le Maroc en 1905, en 1911) deviennent sérieuses, c’est tout un patriotisme qui se réveille et qui ramène les radicaux-socialistes tout comme les nationalistes aux vérités premières de la Nation : l’Empire colonial ne constitue plus, en cas de conflit armé, une gêne, un facteur d’affaiblissement, mais au contraire représente un élément supplémentaire de puissance, presque un gage de victoire. Les campagnes de Lyautey au Maroc dans les années 1912-1914 apparaissent comme autant de réussites militaires françaises, quel qu’en soit le prix humain. Les jeunes gens de l’enquête Agathon (1913) disent « la fierté que procure la vision d’un « planisphère d’Afrique où de larges tâches rouges indiquent les terres où rayonne une âme ». Les cartes de géographie de l’école républicaine ne disent pas autre chose. Presque isolé et en tous les cas peu écouté,  Jaurès persiste à dénoncer la domination coloniale, laquelle sert le capitalisme, empêche la modernisation de la France et accroît le danger de guerre.
            Avec la Grande Guerre et l’apport des troupes coloniales – les Tirailleurs sénégalais venus aider la « mère-patrie » alimentent le mythe de la « Force Noire » de Mangin –, de la main d’œuvre coloniale (du Maghreb, d’Indochine, de Madagascar), c’est la naissance d’une conscience impériale, où l’enjeu colonial apparaît désormais plus clair. « C’est en partie grâce à son empire colonial, affirme un manuel scolaire en 1925, que la France a pu sortir victorieusement de la Grande guerre, de même que l’Angleterre doit également à ses colonies d’avoir pu mener la lutte jusqu’au bout ». Le Sénégalais Blaise Diagne – premier député noir en 1914 - œuvre à la reconnaissance du rôle des Tirailleurs dans la Grande Guerre. Des députés antillais comme H.Légitimus ou G.Candace donnent corps à l’idée d’une progressive intégration politique de l’outre-mer. Le Guadeloupéen G.Candace est ainsi élu député (modéré) en 1911. Ministre dans les années 30 et vice-président de la Chambre en 1938, il défend l’idée d’une mise en valeur de la France impériale. Celle-ci sort d’ailleurs renforcée de la guerre sur le plan territorial, avec l’ouest du Togo et le Cameroun allemands, les « mandats » en Syrie et au Liban : le domaine colonial est à son apogée avec 64 millions d’habitants sur plus de 12 millions de km2.
            En 1931, l’Exposition coloniale internationale est l’apothéose de « la plus grande France » : les liens économiques se sont renforcés (33% des exportations de la métropole, des importations en hausse constante), les « Croisières » (noire et jaune) suscitent l’intérêt passionné du public, la presse publie des suppléments coloniaux et les éditeurs une littérature coloniale à succès, les publicitaires  en font un argument de vente (« y’a bon Banania », les Cachou Négro, le cirage Bamboula), les lignes maritimes et aériennes se multiplient, les programmes scolaires intègrent pleinement l’histoire et la géographie de l’Empire, avec le soutien actif de l’Union coloniale. Dans le bois de Vincennes, c’est tout l’Empire qui est « exposé », avec en vedette la reconstitution grandeur nature du temple d’Angkor Vat et des « animations indigènes » très populaires. Les discours d’unité franco-coloniale – prononcés notamment par Lyautey - vantent la splendeur des « provinces d’outre-mer », où l’Indochine devient la « France d’Asie » et l’Algérie le « prolongement de la métropole ». Et l’on peut écouter Alibert chanter Nénufar, « Marche officielle de l’Exposition », une chanson au racisme rigolard, tout à fait dans la veine des chansons de l’époque.
            Il existe bien, non seulement une « France de 100 millions d’habitants », mais aussi une « vieille France d’Europe » et une « jeune France d’outre-mer », dont les élites fréquentent les meilleurs lycées (Senghor, Pham Duy Khiem à Louis-le-Grand), puis les grandes écoles.  L’enjeu colonial devient celui de toute la République, à travers le discours officiel de la « véritable grandeur de la France » (Daladier). Il demeure aussi celui de l’Eglise catholique, confortée par les encycliques missionnaires de 1919 et de 1926 dans la convergence entre l’idéal missionnaire et l’idéal colonial, entre la Croix du Christ et le drapeau national, dans une œuvre commune de « civilisation ». Il en découle une forme de morale coloniale, fondée sur un certain nombre de devoirs : devoir de répartition des richesses, devoir d’éducation - l’école républicaine est ainsi exportée en Algérie pour entreprendre la « conquête morale » des indigènes -, devoir d’assistance et de médicalisation, qui permet de définir une « juste colonisation ». Cette morale est aussi celle de la paix coloniale : vouloir pousser les peuples colonisés à se révolter est terriblement dangereux et ne mène qu’à leur anéantissement. Et si l’indépendance est au bout du chemin, c’est le retour à la barbarie, à la sauvagerie, au paganisme…
            Derrière les beaux discours d’autosatisfaction pointe une véritable inquiétude : c’est une autre réalité qui commence à apparaître dans l’entre-deux-guerres, celle d’une colonisation confrontée à de nouveaux enjeux, à de nouvelles menaces. S’agit-il des fascismes belliqueux et expansionnistes ? Ou du Japon impérialiste ? Pas seulement, ou pas vraiment. Le fait colonial est d’abord fragilisé par le système d’exploitation économique ; il est ensuite menacé par le communisme internationaliste, de nature profondément anti-colonialiste, enfin il est directement condamné par l’émergence des nationalismes indigènes.
            La France a toujours fondé de grands espoirs sur les ressources coloniales, mais les colonies ont longtemps souffert d’infrastructures insuffisantes  pour valoriser ces ressources. Les progrès des transports sont incontestables entre les deux guerres (chemins de fer, routes, canaux, liaisons aériennes), mais la production d’outre-mer apparaît en fin de compte plus concurrentielle que complémentaire de celle de la Métropole (les droits de douane à l’entrée en France des produits coloniaux ont été supprimés en 1913). Si les produits « exotiques » ne posent aucun problème majeur (le café et le thé d’Indochine, le tabac en Algérie) et deviennent même indispensables à l’industrie française (le coton, le caoutchouc), trois produits perturbent gravement le marché français : le sucre colonial, le blé et surtout le vin, la grande richesse de l’Algérie. Les tensions sont vives entre producteurs métropolitains et algériens, d’autant que l’Etat  refuse tout contingentement et envisage même dans les années 1930 une « autarchie » franco-coloniale comme remède à la crise mondiale.
            L’anti-impérialisme prend – notamment au moment de la sanglante guerre du Rif en 1925-26 – une coloration révolutionnaire, nettement anti-capitaliste et anti-militariste. L’enjeu est nettement celui de la libération des peuples colonisés, à travers la dénonciation des massacres, des exactions, des abus de pouvoir, de l’exploitation économique, sociale et culturelle. Le recours au travail forcé – ainsi pour la construction de la liaison Congo-Océan en 1922-1934 – justifie de telles positions. Plus nuancé peut-être dans les années 30, en raison des menaces fascistes, le discours anti-impérialiste de l’entre-deux-guerres se concentre surtout sur les abus de l’exploitation coloniale, à travers notamment la littérature, les écrits de Barbusse et surtout les livres de Gide (Voyage au Congo et Retour du Tchad), des enquêtes journalistiques - on pense notamment aux « Quelques notes sur l’Indochine » publiées dans la revue Esprit par Andrée Viollis, véritable dénonciation des méthodes coloniales au Tonkin (1932). Certains hommes politiques ont compris la nécessité de faire évoluer le statut des coloniaux, à défaut d’accorder l’autonomie ou l’indépendance. L’idée d’assimilation n’est en effet pas morte. Un leader comme Ferhat Abbas milite encore dans les années 30 pour l’intégration des musulmans dans la citoyenneté française, avant d’évoluer vers l’idée de séparation (le Manifeste du Peuple Algérien date de 1943). En dépit d’un projet ambitieux, Léon Blum et M.Viollette – un ancien gouverneur d’Algérie très critique sur l’état d’esprit colonial - ne parviennent pas à s’appuyer sur la dynamique du Front Populaire pour faire évoluer le droit colonial et ouvrir  le collège électoral européen à 25000 Musulmans. Que pèsent de toute façon ces initiatives face à l’action concertée des lobbies coloniaux ? En 1938, le ministre de l’Education Nationale Jean Zay recommande ainsi aux professeurs d’histoire et de géographie « d’insister sur les colonies françaises » et de respecter les programmes (« la formation de l’Empire colonial français » y est inscrite depuis 1925).
            Quant aux nationalismes indigènes, ils s’appuient non seulement sur des principes idéologiques (le communisme de Hô Chi Minh, L’Etoile nord-africaine de Messali Hadj, le nationalisme d’Abd-el-Krim, de Khaled-el-Hachemi) ou politico-religieux (le panarabisme du Destour, les Oulémas du cheikh Ben-Bâdîs), mais aussi culturels. De leur point de vue, l’enjeu n’est pas seulement national, mais aussi racial. Le mythe du sauvage tend à s’atténuer en Occident grâce aux progrès de l’anthropologie et de la sociologie et le mythe civilisateur s’atténue. René Maran, fonctionnaire colonial d’origine antillaise et prix Goncourt 1921, écrit sans détour dans son livre Batouala, véritable roman nègre: « Civilisation, orgueil des Européens (…) tu bâtis ton royaume sur des cadavres. » De son côté Aimé Césaire, le brillant Normalien, défend en 1939 une négritude que revendique aussi son condisciple L.Sedar Senghor. On parle déjà à la veille de la guerre d’une  « communauté impériale », comme si l’enjeu était moins celui de la domination que de l’acceptation mutuelle d’un destin commun. Certains lancent l’idée d’un Parlement consultatif colonial, qui ouvrirait la voie aux « Etats-Unis de France », mais la IIIème République n’a plus le temps de réformer en profondeur ses institutions d’outre-mer.
            La Seconde Guerre mondiale va incontestablement déplacer l’enjeu colonial vers ce qu’on a nommé faute de mieux « décolonisation » et qui s’apparente plutôt à un reflux impérial, par ailleurs de dimension mondiale et pas seulement française. L’enjeu est désormais celui d’un immense mouvement d’émancipation qui de l’Afrique à l’Asie, secoue les peuples colonisés. La France n’est évidemment pas épargnée : émeutes en Algérie en 1945 et à Madagascar en 1947 (très lourdement réprimées par l’armée dans les deux cas), longue guerre en Indochine, revendications nationalistes au Maroc. A-t-on bien pris la mesure, dans les milieux politiques et militaires, de cet enjeu ?
            Le message de Gaston Monnerville – d’origine guyanaise, tout comme Félix Eboué –  devant l’Assemblée consultative le 25 mai 1945 est sans ambiguïté : « Grâce à son Empire, la France est un pays vainqueur ». Un Empire qui a représenté sous l’Occupation un véritable enjeu militaire, mais aussi idéologique entre Vichy et la France Libre. Si Pétain refuse de partir hors de France, c’est aussi parce que son régime défend « l’unité nationale, c’est-à-dire l’étroite union de la métropole et de la France d’outre-mer ». Les mêmes thèmes sont alors développés à Londres et « que l’Empire reste la possession de la France » est l’une des préoccupations majeures du général de Gaulle. Symboliquement d’ailleurs, après l’entrée en résistance de Tahiti, des comptoirs indiens et de la Nouvelle-Calédonie (septembre 1940), le gouverneur Félix Eboué accomplit dès le 26 août 1940 le ralliement du Tchad à la France Libre, anticipant celui de toute l’AEF et servant de base territoriale au mouvement gaulliste jusqu’au débarquement anglo-américain.  A partir de 1943, l’Armée d’Afrique commandée par le général de Lattre de Tassigny réussit l’amalgame d’une  « représentation vivante de tout l’Empire » ; elle s’illustre en Italie, dans la libération de l’île d’Elbe et lors du débarquement en Provence.
            Certes, la Conférence de Brazzaville en 1944 et la Constitution de 1946 apparaissent en rupture – du moins sur les principes –  avec tout un passé colonial. Le préambule de la Constitution est sur ce plan un modèle du genre, puisqu’il est question d’une « union fondée sur l’égalité des droits et des devoirs, sans distinction de race ni de religion et que la France entend  « conduire les peuples (…) à la liberté de s’administrer eux-mêmes et de gérer démocratiquement leurs propres affaires, écartant tout système de colonisation fondé sur l’arbitraire. ». Pourtant, ces nouvelles institutions, si elles se font l’expression du nouvel enjeu colonial – celui d’une future émancipation – ne débouchent sur aucune révision de la conception traditionnelle de la colonisation « à la française ». Les DOM et les TOM sont en effet des composantes de la République, laquelle est (article 1er du titre I) « indivisible, laïque, démocratique et sociale », ce qui limite singulièrement toute perspective d’évolution séparée de ces territoires; l’Assemblée de l’Union Française n’est que consultative et le pouvoir reste aux mains du Parlement et du gouvernement français. En fait, personne ne veut perdre ou amputer la nouvelle « Union française », qui se substitue en fait au vieil Empire, garant de la puissance de la France dans le monde d’après-guerre. Faut-il remanier, dit en substance M.Viollette en 1947 l’œuvre admirable que la IIIème République a donnée à notre pays ? Détruire un bel édifice, reprend le député Pierre July,  cimenté par tous les soldats, les missionnaires, les colons, les héros épiques Gallieni et Lyautey, en bref « la rayonnante création du génie universel et humain de la France ? » D’autant que, selon le ministre des colonies, Marius Moutet, la France, contrairement à l’Australie ou aux Etats-Unis, n’a pas fait disparaître les populations indigènes !
            Derrière les discours rassurants, l’enjeu est bien désormais celui de la survie de l’Empire, dans un monde où les décolonisations sont rapides et spectaculaires (les Indes britanniques dès 1947), selon le principe onusien du « droit des peuples à disposer d’eux-mêmes ». De plus, si la guerre froide peut dans une certaine mesure ralentir certaines évolutions, ni les Etats-Unis ni l’URSS ne sont prêts à soutenir bien longtemps les vieilles puissances coloniales. Dans la logique des Blocs, les indépendances deviennent alors des enjeux essentiels, aussi bien en Asie qu’en Afrique. De toute évidence, en Indochine, il ne s’agit plus de se battre pour l’héritage de Jules Ferry mais bien pour arrêter en Asie la pénétration communiste, pour défendre les valeurs du « monde libre », pour disposer de bases solides en cas de conflit généralisé. Quoiqu’il en soit, les finalités coloniales deviennent de plus en plus floues dans une IVème République fragile et instable, alors que l’anticolonialisme gagne partout du terrain. Frantz Fanon publie en 1952 Peau noire et masques blancs, tandis que Sartre définit dans Les Temps Modernes le colonialisme comme un système global et raciste de spoliation et d’exploitation. Dans l’édition d’après-guerre de Tintin au Congo (belge, il est vrai !), le célèbre petit reporter fait d’une certaine manière son autocritique : il ne glorifie plus dans les écoles de brousse la « mère patrie », mais se contente d’apprendre le calcul. Dans Paris-Match, le journaliste Raymond Cartier actualise habilement de vieilles thèses populistes, selon la formule célèbre « la Corrèze plutôt que le Zambèze ». En effet, l’opinion publique comprend mal qu’on construise en Afrique des lycées modernes tandis que des préfabriqués tiennent lieu de CEG dans les régions de la métropole.
            Le choc et l’humiliation de Bien Bien Phu le 7 mai 1954 marquent très certainement un tournant dans l’histoire coloniale ; mais qui en France s’est vraiment senti concerné par cette guerre lointaine ? L’année 1954 est plutôt celle d’un lâche soulagement. Pierre Mendès France incarne –  à tort ou à raison –  une forme de modernité politique en matière coloniale, à travers la fin de la guerre d’Indochine et l’autonomie de la Tunisie, mais il ne peut empêcher une nouvelle crise, celle de l’Algérie. Le drame algérien, qui se noue en 1954-1956 et se prolonge par une sale guerre jusqu’en 1962, cristallise à lui seul tous les espoirs et les désillusions de l’aventure coloniale française depuis 1830. Le discours impérial en est provisoirement revigoré : peut-on brader un héritage légué par plusieurs générations ? Faut-il abandonner tant de débouchés pour notre industrie et notre commerce et ignorer la manne énergétique du sous-sol algérien ? Faut-il revenir sur le statut de 1947, très favorable aux Européens ?
            En novembre 1954, F.Mitterrand résume sans conteste l’opinion majoritaire lorsqu’il affirme en réponse à l’insurrection algérienne que « Des Flandres au Congo, il y a la loi, une seule nation, un seul parlement ». Et dans les milieux politiques comme militaires, la « guerre » à mener n’en est pas une. Il s’agit de maintien de l’ordre dans des départements français, face à des mouvements de nature révolutionnaire. L’enjeu n’est donc pas colonial, mais national. Si Raymond Aron, dans La Tragédie algérienne met en avant des arguments réalistes, à la fois politiques et économiques, en faveur d’une inévitable souveraineté algérienne et donc d’une « Autre France », Jacques Soustelle, gouverneur général de l’Algérie en 1955, dit sans détour que «l’on ne se débarrasse pas à  la sauvette d’une province qui fut française avant Nice et la Savoie ». L’enjeu républicain de l’indivisibilité du territoire est pourtant totalement dépassé : face au FLN d’abord, pour qui l’indépendance est la seule issue possible ; face à  l’ONU et aux grandes puissances ensuite, qui considèrent que la France doit respecter le droit des peuples à disposer d’eux mêmes ; face à l’opinion publique enfin, divisée en métropole sur un conflit qui est aussi celui de ses jeunes conscrits. Au débat succède le déchirement et la guerre civile, particulièrement dans une Algérie qui devient un véritable bourbier militaire. La gauche communiste radicalise certes ses positions, mais n’en vote pas moins en 1956 l’octroi des « pouvoirs spéciaux » au gouvernement Mollet, tandis que la droite nationaliste et antiparlementaire connaît à la faveur du conflit algérien une véritable résurgence. Il ne s’agit alors plus seulement de la survie de l’Algérie française, mais de la survie d’un régime dont on se plait à critiquer l’impuissance à venir à bout de la « rébellion » : la Vème République naît de cette impuissance coloniale.
                   La fin dramatique de la guerre d’Algérie (1958-1962) occulte en fait la relative réussite de la décolonisation africaine. En 1958, la France offre aux Africains et aux Malgaches le choix entre une libre association dans le cadre de la Communauté française et la sécession : seule la Guinée de Sékou Touré vote non au référendum constitutionnel. En parallèle, certains territoires (la plupart non africains) choisissent de rester des TOM et de ne pas s’intégrer à la Communauté (la côte des Somalis, les Comores, la Nouvelle Calédonie, la Polynésie, Saint-Pierre-et-Miquelon). La Communauté devient vite un cadre trop étroit pour les Etats membres, qui aspirent à une pleine indépendance, tel le Sénégal de L. Sédar Senghor. Le premier état à réclamer son indépendance est le Mali, qui lui est accordée solennellement – avec celle de Madagascar – en juin 1960. A la fin de l’année 1960, tous les pays d’Afrique noire obtiennent leur indépendance sont admis à l’ONU. 
            L’indépendance algérienne ne passe par les mêmes voies de la négociation pacifique. L'ambiguïté du discours gaulliste - le « Vive l’Algérie française ! » n’a été prononcé qu’une seule fois à Mostaganem, mais probablement une fois de trop - contribue à attiser les divisions des Français. C'est une nouvelle guerre franco-française qui se dessine, qui ne manque pas de rappeler l’Affaire Dreyfus : défense des droits de l'homme et de la justice, d'un côté; défense de l'armée et de la raison d'État au nom de la nation, de l'autre. Les catholiques sont divisés et la revue Témoignage chrétien joue par exemple un rôle important dans la dénonciation de la torture et de la guerre. Autre symbole fort de ce déchirement en deux camps opposés, les intellectuels s'engagent par les formes traditionnelles de leur combat, à travers les pétitions et les articles de presse : en septembre 1960, la pétition dite « des 121 » (Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir, Marguerite Duras, Pierre Boulez, François Truffaut, Pierre Vidal-Naquet, Laurent Schwartz, Simone Signoret, Yves Montand etc.) proclame le droit à l'insoumission et donc le droit à la désertion pour les soldats.  Une contre pétition d'intellectuels, parmi lesquels Roland Dorgelès, Jules Romains, Roger Nimier, favorables à l'Algérie française, dénonce « une  minorité de rebelles, fanatiques, terroristes et racistes [...] armés et soutenus financièrement par l'étranger ". Le PCF se prononce bien sûr pour l’« arrêt de la guerre », mais il a une attitude relativement peu offensive et se voit dépossédé des principales initiatives au profit d'autres mouvements, comme l'Union nationale des étudiants de France (UNEF) ou encore le jeune Parti socialiste unifié (PSU), créé en 1960  comme un « groupe d’action pour la paix en Algérie »..
            Arès les tergiversations de l’année 1958, la perspective proposée par de Gaulle en septembre 1959 est celle de l'autodétermination: les Algériens ont à choisir entre la francisation, la sécession et une forme d'autonomie interne dans le cadre de l'Union française. Parallèle- ment, il se montre ferme face aux Français d'Algérie qui défient le pouvoir, comme lors de la semaine des barricades, insurrection déclenchée par des activistes d'Alger en janvier 1960, puis au moment du putsch commandé par quatre généraux, Challe, Jouhaud, Salan et Zeller, en avril 1961. Les soldats du contingent jouent un rôle décisif dans l'échec du coup d'État, en refusant d'obéir aux ordres des officiers putschistes. De Gaulle fait alors usage de l'article 16 de la Constitution et s'empare des pouvoirs spéciaux, non sans utiliser habilement le pouvoir de la télévision sur les masses.
            Les dernières années du conflit sont marquées par des tragédies dont les victimes viennent s'ajouter à tous les morts de la guerre (24 000 parmi les soldats français et 234 000 parmi les combattants indépendantistes et la population algérienne, selon l'estimation de Ch-R. Ageron). À partir de 1960, l'Organisation de l'armée secrète (OAS), groupe dont les membres luttent pour la préservation de l'Algérie française, se met à perpétrer des attentats terroristes en Algérie et en métropole. Le 17 octobre 1961, à Paris, des Algériens manifestent pacifiquement, à l'appel du FLN: un certain nombre de manifestants tombe sous les coups de la police parisienne. Le 8 février 1962, c’est le drame de Charonne lors d’une manifestation anti-OAS, neuf personnes (presque toutes communistes) périssent étouffées ou écrasées lors de l'assaut de la police à la station de métro du même nom. Le 18 mars 1962, le cessez-le-feu est proclamé et lors du référendum organisé le 8 avril, plus de 90 % des électeurs approuvent les accords d'Évian qui confèrent à l'Algérie son indépendance. Près d’un million de « pieds-noirs » sont rapatriés d’Algérie, dans des conditions parfois difficiles. La plupart s’installent dans le Midi et en Corse, non sans la nostalgie d’une époque révolue. Parmi ces rapatriés figurent environ 20000 « harkis » ou supplétifs musulmans de l’armée française, indésirables dans leur pays d’origine et peu considérés dans leur pays d’accueil.

La fin de l’Empire colonial africain entre 1958 et 1962 n’a pas provoqué l’effondrement redouté, ni en France ni dans les anciennes possessions françaises. Au fond, le pays en revient – dans un contexte démographique et économique bien plus favorable qu’au XIXème siècle – à consacrer l’essentiel de ses forces à son expansion intérieure, dans le nouveau cadre du Marché Commun. La « plus grande France » prend la forme de la modernité urbaine et industrielle et c’est alors le « Concorde » ou le « France » qui font rêver à de nouveaux espaces.
Faut-il alors rappeler en conclusion l’une des célèbres apostrophes de Clemenceau à Ferry dans le débat crucial qui s’est joué à la Chambre dans les années 1880 : « Vous êtes en face d’un pays où se dressent les problèmes les plus graves pour une nation. Et vous trouvez qu’il n’y a pas là un domaine suffisant pour une ambition humaine et que l’idée d’augmenter la somme de savoir, de lumière dans notre pays, dé développer le bien-être, d’accroître la liberté, le droit, d’organiser la lutte contre l’ignorance, le vice, la misère, d’organiser un meilleur emploi des forces sociales, vous ne trouvez pas que tout cela puisse suffire à l’activité d’un homme politique, d’un parti » ? Clemenceau avait sans doute mesuré la contradiction fondamentale entre les principes de la République et l’action coloniale mais il n’avait pas les moyens d’inverser le cours de l’histoire européenne.                
                                                                             

©Bertrand Lemonnier

 

Hommage à Daniel Cordier
Daniel Bouyjou-Cordier est né le 10 août 1920 à Bordeaux (Gironde) dans une famille de négociants et il est mort le 20 novembre 2020 à Cannes . Il a fait ses études dans plusieurs collèges catholiques ; jeune militant de l'Action française, il fonde à 17 ans à Bordeaux le Cercle Charles Maurras.
CORDIER RESISTANT
Il n'a pas encore 20 ans et attend son incorporation prévue le 10 juillet, lorsque, près de Pau où réside sa famille, il entend l'annonce de demande d'armistice faite à la radio par le maréchal Pétain le 17 juin 1940. Révolté par ce discours, il décide de continuer la lutte, et rassemble 16 volontaires, avec lesquels il embarque le 21 juin depuis Bayonne sur un navire belge, le Leopold II, pour l'Afrique du Nord. Dérouté vers l'Angleterre, il atteint Falmouth le 25 juin. Daniel Cordier s'engage avec ses camarades dans la "Légion de Gaulle" le 28 juin 1940. En transit pendant quelques jours à l'Olympia Hall, il y est affecté au Bataillon de Chasseurs alors en formation. Il arrive début juillet à Delville Camp, où il suit un entraînement jusqu'à la fin du mois. Le Bataillon de Chasseurs est ensuite installé à Camberley puis au camp d'Old Dean où Daniel Cordier poursuit sa formation militaire.
Le Bataillon étant dissous, il est affecté à un peloton d'élève officier. Promu aspirant en août 1941, alors que le départ prévu pour le théâtre d'opérations africain ne se concrétise pas, il brûle de passer à l'action et obtient d'être affecté, à l'été 1941, au service "Action" du Bureau central de Renseignements et d'Action (BCRA), c'est-à-dire les services secrets de la France libre à Londres. Pendant un an, il suit un entraînement spécial dans les écoles de l'Intelligence Service sur le sabotage, la radio, les atterrissages et parachutages. Daniel Cordier, sous le nom de code de Bip W, est parachuté en France près de Montluçon le 26 juillet 1942, comme radio et secrétaire de Georges Bidault, chef du Bureau d'Information et de Presse (BIP), agence de presse clandestine. A Lyon, le 1er août, il rencontre pour la première fois Rex, alias Jean Moulin, représentant du général de Gaulle et délégué du Comité national français, qui l'engage pour organiser son secrétariat à Lyon. Il met sur pied un état-major clandestin, sans moyen ni personnel - surtout au début - avant d'être assisté par Laure Diebold, puis par Hugues Limonti notamment.
En mars 1943, Daniel Cordier organise et dirige à Paris, selon les directives de Jean Moulin, son secrétariat de zone nord. Après l'arrestation de ce dernier le 21 juin 1943 à Caluire, il poursuit sa mission en zone nord comme secrétaire de la Délégation générale en France auprès de Claude Bouchinet-Serreulles, successeur par intérim de Jean Moulin.
A son poste jusqu'au 21 mars 1944, pourchassé par la Gestapo, il s'évade par les Pyrénées. Interné en Espagne, à Pampelune puis à Miranda, il est de retour en Angleterre fin mai 1944 et est nommé chef de la section des parachutages d'agents du BCRA.
Intégré à la Direction générale des Etudes et Recherches (DGER) en octobre 1944, il dépouille, avec Vitia Hessel, les archives du BCRA pour permettre la rédaction, dont se charge Stéphane Hessel, du Livre blanc du BCRA.
CORDIER GALERISTE
Chef de cabinet du colonel Passy, directeur de la DGER, il démissionne après le départ du général de Gaulle en janvier 1946. Après la guerre, Daniel Cordier désire consacrer sa vie à la peinture et commence une collection d'art contemporain.
En 1956, il ouvre une galerie d'art à Paris et à New York jusqu'en 1964. En 1979, il est nommé membre de la commission d'achat du Centre Georges Pompidou auquel, en 1989, il fait don de sa collection dont une partie se trouve au Musée d'Art Moderne de Toulouse, "Les Abattoirs".
CORDIER HISTORIEN
Depuis le début des années 1980, Daniel Cordier s'est fait historien pour défendre la mémoire de Jean Moulin ; abandonnant ses activités artistiques, il se consacre à des recherches historiques sur Jean Moulin (dont une colossale biographie en six tomes)
. • Jean Moulin et le Conseil national de la Résistance, éditions du CNRS, Paris 1983
• Jean moulin, l'inconnu du Panthéon, JC Lattès
• T. 1 Une ambition pour la République 1899-1936, Paris 1989.
• T. 2 Le choix d'un destin 1936-1940, Paris 1989
• T. 3 De Gaulle capitale de la Résistance 1940-1942, Paris 1993
• T. 4 Mission Rex 1942, (non paru)
• T. 5 La résistance des comités 1942-1943, (non paru)
• T. 6 Monsieur X, l'homme à abattre 1943, (non paru)
• Jean Moulin, la République des catacombes, Gallimard, Paris 1999
       AUTRES PUBLICATIONS :
• Alias Caracalla, Gallimard, Paris 2009
• De l'Histoire à l'histoire, Gallimard, Paris 2013
• Les Feux de Saint-Elme, Gallimard 2015
Source principale : Ordre de la Libération    

Note annexe concernant les publications sur la résistance
De plus en plus, les historiens – surtout une vingtaine d'années – cherchent à se détacher des enjeux de mémoire  et surtout à se détacher des mythes résistantialistes, aussi bien des mythes communistes (la chute du communisme mondial depuis 1990 y a contribué) des mythes gaullistes de la période (Vichy ce n’était pas la France, puisque la France était à Londres).
Mais chose remarquable, cette attitude vaut aussi pour des acteur-témoins-historiens, tels Daniel Cordier à propos de Jean Moulin  et aussi de son propre engagement dans la résistance. Daniel Cordier ne devient historien qu'à 60 ans - sans en avoir la formation académique - et il ne publie son autobiographie résistante Alias Caracalla (son nom de résistance) qu’en 2009, à l’âge de 89 ans !
Son mot d’ordre à la publication de la monumentale biographie de Jean Moulin, qui fait référence, y compris dans la communauté universitaire : « Tout ce que j’ai trouvé, je le publie, n’ayant rien ni personne à ménager ». De fait, Cordier évitera le plus possible de travailler avec des "témoignages", mais plutôt avec des archives. Il sait aussi que sa propre mémoire est faillible, tout comme la mémoire résistante en général (on pense aux époux Aubrac), ce qui ne sert pas toujours la recherche de la vérité.
« La confrontation de ces sources à usage strictement interne, qui n’étaient pas destinées à être conservées et encore moins à être lues par d’autres que leurs destinataires -, avec les propos des témoins, même les plus honnêtes, et avec les écrits des « spécialistes» est parfois douloureuse, toujours édifiante. (…)  «À diverses occasions, j’avais pu faire moi-même l’expérience du peu de valeur historique des témoignages. [ ... ] La confrontation de ces récits avec les documents était révélatrice des mirages du souvenir. [ ... ] Ce procédé facilite évidemment les manipulations rétrospectives, mais prépare de grandes surprises et de rudes déceptions aux historiens quand viennent au jour les documents d’ époque » écrit-il encore.

 

 

Tout comme de Gaulle et quelques autres, Daniel Cordier a "désobéi" en 1940. Il n'a pas voulu obéir à un régime de compromission et de lâcheté, qu'a pourtant suivi une partie de ses amis politiques (la "divine surprise" du maréchal selon Maurras). C'est bien la question de la "désobéissance" qui est ici posée et cela reste une question historique majeure, en particulier dans les périodes de guerre et de crise, ou lorsque des systèmes totalitaires, autoritaires ou pseudo-démocratiques imposent leurs vues aux populations civiles. On relira avec intérêt les propos de l'historien américain Howard Zinn, tenus certes en 1970 dans le contexte de la guerre du Vietnam mais qui ont une valeur universelle... et tout à fait actuelle.

"Le sujet de réflexion, la désobéissance civile, est pris à l’envers. Dès qu’on parle de désobéissance civile, on se dit que le problème, c’est la désobéissance civile. Ce n’est pas cela, notre problème… le problème, c’est l’obéissance civile. Notre problème, c’est le nombre incalculable de gens qui ont obéi aux diktats de leurs dirigeants et qui sont partis en guerre partout dans le monde entier, et que cette obéissance s’est traduite par des millions de morts. Notre problème, c’est cette scène du film “A l’Ouest rien de nouveau”, où on voit des écoliers défiler consciencieusement pour aller faire la guerre. Notre problème, c’est que les gens sont soumis, partout dans le monde, face à la pauvreté, à la famine, à la bêtise, à la guerre et à la cruauté. Notre problème, c’est que les gens obéissent et que les prisons sont pleines de petits délinquants, tandis que les grands truands gèrent le pays".

Howard Zinn (Université John Hopkins, 1970) et aussi Désobéissance civile et démocratie, Agone, coll. « éléments », 2010.


NOUS SOMMES PROFESSEURS D'HISTOIRE-GEOGRAPHIE !


(tribune de l'APHG à propos de l'assassinat de Samuel Paty)


Dominique Kalifa, Historien (1957-2020)

Dominique fut mon condisciple de khâgne (et souvent assis côte à côte, notamment en cours de philo et d'histoire, où nous étions très complices...mais il était bien plus sérieux que je l'étais alors!). Il aimait Frank Zappa...et moi les Beatles, mais cela ne nous empêchait pas de discuter passionnément rock et cinéma. Nous avons d'ailleurs soutenu nos thèses la même année 1994 (mais Dominique avait abandonné Zappa pour les crimes de la Belle Epoque). En tant qu'historien (engagé, certes, mais jamais sectaire), il laisse une véritable œuvre, originale et innovante, ce qui n'est pas si fréquent, sous le signe de Michelle Perrot et d'Alain Corbin. On retiendra parmi une très abondante et riche production : L'Encre et le sang. Récits de crimes et société à la Belle Époque, Paris, Fayard, 1995, Biribi. Les bagnes coloniaux de l'armée française, Paris, Perrin, 2009,  Les Bas-fonds. Histoire d’un imaginaire, Paris, Le Seuil, « L’Univers historique », 2013.

 


Une "volonté forte de retrouver dès que possible les 1er mai joyeux, chamailleurs parfois". E.M.

1er mai, de Fourmies (1891) à Bastia (2020)

C'est le Congrès international ouvrier et socialiste de Paris de juillet 1889 qui décida de faire du 1er mai 1890 une manifestation internationale pour imposer la limitation à huit heures de la journée de travail. Le recours à une telle action et le choix de sa date semblent découler de la rencontre de plusieurs facteurs : d'abord les syndicats américains avaient décidé de reprendre, le 1er mai 1890, la lutte pour les huit heures qui avait été interrompue à la suite des événements sanglants de Chicago en 1886 ; ensuite au congrès international de Londres, en novembre 1888, le délégué belge Anseele avait préconisé des manifestations le premier dimanche de mai 1889, pour montrer la force de la classe ouvrière internationale et un autre délégué proposa « la date du 1er mai 1890 pour une action générale en faveur des huit heures » ; enfin il y eut le succès d'une manifestation simultanée dans plus de 60 villes françaises le 10 février 1889 avec pour objectifs la limitation à huit heures de la journée de travail et fixation d'un salaire minimum.

Le 1er mai 1891, les organisations ouvrières affiliées à la IIème Internationale se préparèrent à agir par différents moyens - dont la grève - pour l’obtention de la jjournée de 8 heures. L'idée de « fêtes du travail » a été lancée par Jules Guesde, les associant aux manifesations et aux revendications sociales. L'ambiguïté de cette "fête du travail", sans reconnaissance oficielle, se traduisuit le 1er mai 1891 par un événement dramatique à Fourmies dans le Nord. La troupe tira sur les grévistes. Les fusils Lebel firent 9 tués et plus de 30 blessés sérieux. Parmi les morts, 4 jeunes gens de moins de 20 ans, dont l'un n'avait même pas 12 ans, un autre 16 ans ; 4 jeunes filles de 17 à 21 ans; l'une d'elle, Maria Blondeau, brandissait contre les soldats une arme redoutable : une branche de mai fleuri dont son fiancé lui avait fait cadeau le matin, selon l'usage. Un seul adulte, âgé de 30 ans et père de deux enfants. Parmi les 33 blessés recensés, on en compte encore 12 de moins de 21 ans, dont un enfant de 2 ans, blessé dans les bras de sa mère. Ces morts sont des martyrs de la cause ouvrière et vont devenir un symbole d'une République "de classe", qui n'a d'autre forme de dialogue social que la répression militaire.

Ce 1er mai sanglant inaugure en France le 1er mai des luttes sociales mais dès l'origine le pouvoir politique a cherché à surveiller et encadrer , puis officialiser cette journée potentiellement dangereuse.  En 1919, suite à la journée de 8 heures accordée par le Parlement, le 1er mai est chômé de façon exceptionnelle. Les manifestations de mai 1919 et mai 1920 furent particulièrement importantes et violentes, avec même une victime en 1919. En effet à Paris, les manifestants continrent à peu près la troupe en lui chantant l'œuvre célèbre de Montéhus sur les soldats du 17e qui mirent crosse en l'air en 1907, mais la police chargea brutalement, faisant des centaines de blessés et tuant un ouvrier de 19 ans, Charles Lorne. C'est à cette jeune victime que Marcel Martinet consacra un poème dans le numéro du 14 mai de la Vie ouvrière :

Journée de mai ! un mort ! Un mort ! qu'est-ce qu'un mort aujourd'hui après la guerre ? — ô petit compagnon, un peuple, un peuple entier, Et des hommes et des femmes qui, par les rues qui montent, Sombres et sombres flots de la journée de mai, Montent dans le sillage des drapeaux rouges en fleurs, Ton peuple te salue, ô petit mort du peuple, Ton peuple réveillé, ton peuple qui va vivre Et sent en lui battre ton sang, premier des morts !

Place de l'opéra le 1er mai 1919!

Le 1er mai 1936 marque durablement l'imaginaire français. En effet, à quelques jours du 2ème tour des élections législatives (le 3 mai) , il contribue sans doute au triomphe de la coalition du Front Populaire, qui ne tarde pas à adopter des mesures historiques pour les ouvriers et à changer la façon même d’envisager le travail : la semaine de 40h, les deux premières semaines de congés payés ou la pleine reconnaissance du droit syndical dans l’entreprise. Le 1er mai devient un "marqueur" de la gauche socialiste et communiste mais il n'est pas encore une fête nationale du travail.


Sous Vichy, la "fête du travail et de la concorde sociale" est mise en place le 1er mai (c'est la saint Philippe!), qui devient chômé (cf Rémi Dalisson, Les fêtes du Maréchal, pages 166-192) et payé par une loi du 12 avril 1941, couplée à la fête du muguet (et interdiction de l'églantine rouge, associée au muguet en 1936-1939), avec une intense propagande de la Révolution Nationale et un discours radiophonique du Maréchal. Jamais la IIIème République n'avait osé faire du 1er mai une fête officielle : Vichy prenait sa revanche sur le Front Populaire, avec l'idée d'un 1er mai sans lutte des classes, inaugurant des "temps nouveaux".


En 1945, à la Libération, le 1er mai ne fut pas férié, le GPRF ayant abrogé la loi de Vichy mais le gouvernement admit qu'elle fût chômée à la demande des organisations ouvrières. Sous la IVème République (à partir de 1947 et la loi du 27 avril) est véritablement instituée une "fête du travail " chômée et payée, "organisée par le partis et les syndicats" (loi du 29 avril 1948) qui perdure jusqu’à nos jours avec la tradition du muguet et des cortèges syndicaux. Toutefois, la tradition des défilés du 1er mai, a été interrompue en 1954 par le gouvernement Laniel, en raison des graves incidents survenus le 14 juillet 1953. En effet, Au moment de la dislocation d’une manifestation en l’honneur de la Révolution Française, la police parisienne a chargé un cortège de manifestants algériens. Sept personnes (6 algériens et un français) ont été tuées et plus de quarante blessés par balles. La manifestation du métro Charonne en février 1962 a elle aussi fait de nombreuses victimes (9 morts, des centaines de blessés) mais elle n'était pas autorisée. Entre 1963 et 1967, les manifestations ouvrières sont dispersées et souvent plus importantes en province que dana la capitale et la presse fait surtout ses gros titres sur le "pont du 1er mai" et la mortalité affolante sur les routes. Les organisations politiques et syndicales (essentiellement le PCF et la CGT, FO et la CFDT ayant prétexté que ce n'était pas "dans leurs coutumes") retrouvent le chemin des grands défilés (autorisés) le 1er mai 1968, en rassemblant entre République et Bastille près de 100 000 personnes, un événement que Le Monde ne manque pas de souligner : "Pour la première fois depuis quatorze ans, la grande centrale syndicale et le P.C. ont renoué avec la tradition des défilés du 1er mai".

Le 1er mai 2020 apparaît singulier puisqu'aucune manifestation publique n'est autorisée en raison du confinement, ce qui ne s'est évidemment jamais produit depuis 1968. Toutefois certaines fédérations syndicales ont décidé au niveau régional de "manifester quand même" (ainsi en Corse à Bastia) !

 

 

LES GRANDE EPIDEMIES AU 20ème SIECLE. GRIPPE ESPAGNOLE ET DE HONG-KONG

 

LE BREXIT

LE BREXIT : UNE HISTOIRE DU SENTIMENT EUROPEEN AU ROYAUME-UNI




 

Le 4 septembre, c'était quoi ?




 

 

 

GALERIE DE PORTRAITS ET DE CITATIONS

[photo prise à l'occasion de l'exposition Klee au centre G.Pompidou (2019)]

"Il existe un tableau de Klee qui s’intitule Angelus Novus. Il représente un ange qui semble sur le point de s’éloigner de quelque chose qu’il fixe du regard. Ses yeux sont écarquillés, sa bouche ouverte, ses ailes déployées. C’est à cela que doit ressembler l’Ange de l’Histoire. Son visage est tourné vers le passé. Là où nous apparaît une chaîne d’événements, il ne voit, lui, qu’une seule et unique catastrophe, qui sans cesse amoncelle ruines sur ruines et les précipite à ses pieds. Il voudrait bien s’attarder, réveiller les morts et rassembler ce qui a été démembré [das Zerschlagene zusammenfügen]. Mais du paradis souffle une tempête qui s’est prise dans ses ailes, si violemment que l’ange ne peut plus les refermer. Cette tempête le pousse irrésistiblement vers l’avenir auquel il tourne le dos, tandis que le monceau de ruines devant lui s’élève jusqu’au ciel. Cette tempête est ce que nous appelons le progrès." W.Benjamin, Sur le concept d'Histoire

 

"Ceux qui contrôlent le présent contrôlent le passé" G.Orwell, 1984

"Toute histoire qui n'est pas contemporaine est suspecte." Pascal, Pensées.

"Quand le passé n'éclaire plus l'avenir, l'esprit marche dans les ténèbres", Alexis de Tocqueville

"Aucun regret pour le passé

Aucun remords pour le présent

Une confiance inébranlable pour l'avenir"

Jean Jaurès

"L'histoire est d'un genre entièrement différent de toutes les autres connaissances", Saint-Simon

"Ce qui fait le lien entre les hommes, c'est l'Histoire." Régis Debray

"L'Histoire, c'est l'art de se souvenir de ce dont les hommes et les femmes sont capables". Hannah Arendt

"En étudiant les livres, on peut tirer de la science du passé des inductions que l'avenir déjoue, et que le présent ne peut pas toujours justifier". George Sand

"L’idée que les femmes ont été passives et ne se sont réveillées qu’au XXe siècle est fausse ! Les femmes sont les grandes oubliées de l’Histoire, parce que celle-ci a été rédigée par les hommes". Michelle Perrot

L'histoire de la race humaine a été une suite de guerres, de massacres, de pillages, de divisions interminables, d'oppositions mutuelles à un état de paix et de bonheur, une longue période dans laquelle chacun a été en lutte avec tous et tous avec chacun, principe de conduite admirablement calculé pour enfanter le moins de prospérité et le plus de misère possible . " Robert Owen 

"Aussitôt après nous commence le monde que nous avons nommé, 

que nous ne cesserons pas de nommer le monde moderne

Le monde qui fait le malin". Charles Péguy


 

CHOIX D'ARTICLES/BILLETS D'HISTOIRE

(uniquement publiés sur le site Berlemon)

La Commune de Paris (1ère partie)

Le bilan sanitaire d'une Europe en guerre

La faute de la république (la mémoire coloniale)

Le 1er mai de Fourmies à Bastia

Les pandémies de grippe au XXème siècle

version imprimable

La grève (dans la philatélie)

version imprimable

Le Brexit, une histoire du sentiment européen au Royaume-Uni

version imprimable

Les festivals 1969

Février 1968

Mars 1968

Avril 1968

Mai 1968

Eté 1968

Après 1968

LES JEUX OLYMPIQUES DANS LA PHILATELIE FRANCAISE

En attendant le centenaire du 11 novembre 1918

Le clivage droite/gauche obsolète ?

Les élections présidentielles (4) : Mes présidents, essai d'egohistoire

Les élections présidentielles (3) : la philatélie présidentielle

Les élections présidentielles (2) : l'année 1848

Les élections présidentielles (1) : c'est l'histoire d'un mec

Mémoires philatéliques de la Commune

Paul Kantner et les années LSD

L'Europe des Beatles

Alain Dewerpe

La libération d’Auschwitz et la Shoah : perspectives historiques et mémorielles

Histoire et philatélie

Le 4 septembre 1870

Constant Verlot

Qui a inventé l'école ?

Du tour de France au tour de la France

Croire en l'Histoire ?

Comment naît une révolution ?

"14"

Le manifeste de 1876

Aux origines des Rolling Stones

La Libération de la France

l'année 1962

yesterday

Le 11 novembre, "lieu de mémoire"

Séisme au Sénat

Le 10 mai 1981

En avant !

John Lennon remember

LE CNR

La dérision

La fin des paysans ?

De l'Histoire "bling bling" et autres usages de l'Histoire

Les Beatles à l'assaut du Kremlin

 

Les Revues en ligne

L'Histoire

Histoire@Politique

(politique, culture, société)

Cahiers d’histoire. (Revue d’histoire critique)

Vingtième Siècle. Revue d'histoire

Revue d’histoire du XIXe siècle

Histoire, économie & société

RH19 (revue d'histoire du 19ème)

rhmc (revue d'histoire moderne et contemporaine)

 

 

 

 



 

 

 

© 2009-2020 Les sites berlemon.net sur la Toile depuis 1998!

NONo No

militons pour un vrai partage du web sans réseaux dits "sociaux" !

hébergement OVH